En classe et au salon

Nous apprenons très peu ici, on manque de personnel enseignant, et nous autres, garçons de l’Institut Benjamenta, nous n’arriverons à rien, c’est-à-dire que nous serons tous plus tard des gens très humbles et subalternes. L’enseignement qui nous est donné consiste principalement à nous inculquer l’obéissance et la patience, deux qualités qui promettent peu de succès, voire pas du tout.

Robert Walser, L’Institut Benjamenta

 

Il entre dans la classe avec un bonjour général et une lance romaine sous le bras, il vouvoie les élèves mais dans une atmosphère tellement amicale que cela sonne comme un tutoiement. Un style vestimentaire décontracté, en symbiose avec sa génération mais toujours d’actualité. Des cours participatifs où l’on a envie de participer. On se souviendra surtout de ses mises en condition pour simuler, par exemple, une survie sur une île déserte à la manière d’un jeu interactif, mais toujours en rapport avec son cours d’éducation civique.

*

Le soir, au salon, il pose son bonnet et sa veste en cuir, ouvre la porte de son frigo, prend une demi tablette de chocolat belge et une bière et il se pose devant la télé en compagnie de sa femme. Une demi-heure plus tard, il se lève et va mettre sa bière dans la petite poubelle à verre qu’il a chez lui. Il en profite pour jouer un peu avec son chien et s’en va faire à manger (toujours quelque chose d’équilibré mais consistant et contenant de la viande). Sa femme met la table, il sert le repas et ils mangent tout en discutant de leur journée et des projets de ce week-end. Une fois le repas terminé, la vaisselle nettoyée et rangée, il sort promener son chien tout en écoutant de la musique. De retour chez lui, il prend une douche et rejoint sa femme au lit.

< Retour